Changements climatiques et sécurité hydrique


Le Laboratoire des Etudes Constitutionnelles, Financières et de Développement (LECFD) et le Laboratoire de Coordination des Etudes et des Recherches en Analyses et Prévisions Economiques (CERAPE) relevant de la Faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales de l’Université Sidi Mohammed Ben Abdellah  de Fès en partenariat avec la Commission Régionale des Droits de l’Homme (CRDH), l’Université de Girona (Espagne) et le Centre d’Etudes du Développement International et des Mouvements Economiques et Sociaux (CEDIMES- Paris, France) organisent les 3 et 4 juin 2016 au Plais des Congrès de Fès un colloque international sur les Changements climatiques et la sécurité hydrique.

Ce colloque s’inscrit dans le cadre des activités scientifiques organisées chaque année pour célébrer  la Journée Mondiale de l’Environnement (7ème Edition). Il intervient également quelques mois avant la tenue de la COP 22 qui se tiendra à Marrakech en novembre 2016.

 Champ du colloque

 L’eau est l’une des plus importantes richesses du pays. Elle représente le fondement de tout développement économique et social. Il y a une unanimité dans les recherches sur l’évolution humaine que les points d’eau sont cruciaux aussi bien dans la naissance des civilisations que dans leur prospérité. D’aucuns estiment que  le troisième millénaire est celui de l’or bleu  c’est-à-dire celui de l’eau.

 La sécurité humaine se réduit à assurer les moyens de subsistance des populations qui se fonde essentiellement sur la sécurité hydrique. C’est que l’eau est le socle de toute stabilité et de tout développement durable.

La sécurité hydrique est un concept émergent et en constante évolution. Elle peut être définie d’une manière globale comme « l’accès durable à l’échelle des bassins versants à des quantités suffisantes d’eau en qualité acceptable pour assurer la protection de la santé humaine et celle des écosystèmes ».

 A travers le monde, on constate une absence d’équité dans les disponibilités en ressources hydriques et ce en dépit des efforts fournis dans le cadre des objectifs du millénaire pour le développement. Selon le Rapport du PNUD de 2013, près d’un milliard d’individus souffrent de difficultés quant à l’accès à l’eau.

 Les changements climatiques entrainant une pénurie de l’eau représentent un défi majeur de l’époque contemporaine en raison de la pression sans équivoque qu’ils exercent aussi bien le plan humain qu’environnemental. La portée mondiale des impacts de ces changements requiert des réponses à un ensemble de questions dont les principales sont les suivantes :

– quels sont les impacts des changements sur la production alimentaire ?

– les changements climatiques compromettent-ils les efforts fournis pour réduire la pauvreté ?

– les populations les plus démunies et les régions pauvres sont-elles les principales victimes des ces changements climatiques ?

 Durant les toutes dernières décennies, le réchauffement climatique est devenu inquiétant. Selon les observateurs, la variabilité excessive des précipitations exposerait près de trois  milliards d’individus au risque de pénurie d’eau.

Le réchauffement pourrait intensément métamorphoser les critères de disponibilité et d’utilisation de l’eau. En conséquence, il serait de nature à augmenter le niveau de stress hydrique et d’insécurité de l’eau dans le monde et plus particulièrement dans le bassin méditerranéen et affecter gravement les cultures et les marchés alimentaires.

 Pour les régions qui sont déjà très vulnérables à la variabilité du climat, les effets potentiels sur toutes les activités qui dépendent de l’eau, comme l’utilisation de l’eau à des fins domestiques ou industrielles, pour l’agriculture et la préservation des écosystèmes, pourraient menacer les économies et les moyens de subsistance.

Objectifs du colloque

L’objectif du colloque est de rassembler des économistes, des juristes, des décideurs, des experts ainsi que des chercheurs en sciences connexes pour échanger des idées et débattre des questions relatives à la sécurité hydriques et ses enjeux car l’eau et la question de sa bonne gouvernance constitue aujourd’hui une problématique incontournable du débat public.

Des contributions théoriques et / ou empiriques, mobiliseront des regards disciplinaires variés et apporteront des éclairages complémentaires. Il s’agit de :

  • relever les défis de la sécurité hydrique : aspects politiques, économiques, juridiques, techniques et éthiques.
  • rapprocher communauté scientifique, décideurs et professionnels de la problématique de la sécurité de l’eau.
  • mettre en lumière les dimensions sociopolitiques des interventions dans le champ de la sécurité de l’eau ;
  • encourager les jeunes praticiens et les jeunes chercheurs à prendre en compte la complexité des enjeux et des réalités de la sécurité de l’eau ;
  • sensibiliser aussi bien les chercheurs, les décideurs que l’opinion publique à la problématique de la sécurité hydrique ;
  • débattre des solutions innovantes et des leviers réglementaires et économiques possibles permettant de garantir la sécurité de la ressource en eau.

Il s’agit également de proposer une définition opérationnelle de la sécurité hydrique, de réunir, à partir d’études de cas, des exemples de nouvelles approches susceptibles d’être adoptées pour améliorer la sécurité hydrique dans la région et en particulier au Maroc.

Axes du colloque

-outils de gouvernance et sécurité hydrique ;

-outils d’évaluation et de surveillance de la sécurité hydrique ;

 -économies d’eaux : concepts et théories ;
-politiques d’eaux et réglementation ;
-sécurité hydrique et développement durable ;

-critères de définition de la sécurité hydrique ;

-sécurité hydrique : la santé des écosystèmes et la santé humaine ;

-cadre stratégique en matière de sécurité hydrique ;

-réalité et exigences de la sécurité hydrique dans le monde et au Maroc.
– changements climatiques et sécurité hydrique dans la Région Fès-Meknès

Date et mode de soumission

 Les propositions de communications doivent être envoyées sous format Word jusqu’au 30 Avril 2016 aux adresses mails :

  Assou MANSOUR : assoumansour@yahoo.fr

Abderrazak EL HIRI : abderrazak.elhiri@usmba.ac.ma

Dates et modalités de participation

 Les soumissions envoyées seront évaluées par les membres du comité scientifique. La notification des décisions aux auteurs sera communiquée le 20 Mai 2016. Les communications modifiées sous forme de document Word doivent être envoyées avant le 31 Mai  2016.

Instructions aux auteurs

 

Les travaux scientifiques doivent être présentés de la façon suivante :

-la première page de garde doit comporter le titre du papier, le nom de l’auteur, sa fonction, ses coordonnées complètes  (adresse professionnelle, téléphone, e-mail).

-la seconde page de garde comportera le titre et le résumé du papier en français et en anglais.

Immédiatement après les résumés, indiquer quelques mots-clés (en français et en anglais) caractérisant le mieux votre travail.

 Le texte proprement dit commencera en page 3 :

– Corps du texte : Times New Roman / caractère 12 / Interligne simple

– Marges 2,5 cm pour chaque côté

– En tête et pied de page : 1,1 cm

– Titres : Arial 12 gras

– Notes en bas de page : Times New Roman / Caractère 10

– Les tableaux et figures sont intégrés dans le texte, numérotés et présentés chacun avec un titre

– Le document (texte, tableaux, figures, annexes et références bibliographiques incluses), fait 20 pages maximum.

À la suite de l’article, on fera successivement apparaître :

– Les éventuelles annexes (méthodologiques ou autres) désignées par A1, A2, A3, etc.

– Les références bibliographiques. Celles-ci suivront les nouvelles normes académiques de la recherche. Dans le texte, les citations de référence apparaîtront entre parenthèses avec le nom et la date de parution, [ex : (KOTLER, 2000)].

 Contacts :

Assou MANSOUR : assoumansour@yahoo.fr

Abderrazak EL HIRI : abderrazak.elhiri@usmba.ac.ma


A Noter :

  • Dernière Mise à Jour le : Lundi 25 Septembre 2017 à 17H20

    info site

Faculté en chiffres (2016-2017):

  • 30162 inscrits en Licence
  • 275 en Licence Pro
  • 1477 en Master
  • 1036 en Doctorat
  • 43 % de Sexe féminin
  • 11 Filières
  • 08 Licences Pro
  • 20 Masters
  • 11 Laboratoires de recherche
  • 161 Axes de recherche
  • 151 Enseignants
  • 79 Administratifs
  • 2163 Diplômés LMD
  • 475 Étudiants étrangers
  • 32 Nationalités

E-mail académique

Nous écrire :

Suivez-nous